Tourisme > Traditions

La « Saint-Marc »

traditions

Tous les 25 avril, à l'occasion de la Saint-Marc, les Meyreuillais honorent le saint patron de la commune en célébrant une messe et en dégustant une traditionnelle daube provençale. Cette journée marque le début des festivités de printemps.

Le premier dimanche qui suit le 25 avril a lieu un pèlerinage à la Chapelle Saint-Marc-la-Morée, pendant qu'au village, la foire artisanale rassemble les participants autour d'une identité et d'un terroir et que des animations de rue divertissent les promeneurs.

La « Saint-Antoine »

  traditions

En 1961, la chapelle du Plan a pris le nom de Saint Antoine … C'est aussi le nom de la fête qui s'installe à Meyreuil pour quatre jours, au terme desquels un aïoli géant est servi sous les platanes. Pour éliminer toutes ces calories, la municipalité organise aussi une course pédestre dans les rues de Meyreuil : l'important est de participer.

   

La « Sainte-Barbe »

traditions

Sainte Barbe, que nous fêtons à Meyreuil tous les ans le 4 décembre, vécut au IIIème siècle ; fille d'une riche païen, elle se convertit au christianisme, ce qui déclencha la colère de son père qui la décapita de sa propre main. La foudre tomba sur lui en signe de vengeance : depuis, on attribue à Sainte Barbe le pouvoir de protéger de la mort violente, ce qui explique qu'elle soit devenue la patronne des métiers du feu, des mineurs, des pompiers et artificiers.

Sa célébration est également associée à des rites de fécondité : c'est le jour de la Sainte Barbe qu'en Provence on sème des grains de blé dans les soucoupes que l'on prendra bien soin d'arroser jusqu'à la Chandeleur. Les jolis brins verts qui apparaissent sont les prémices des moissons futures : Quand lou blad vèn bèn, tou vèn bèn (Quand le blé vient bien, tout vient bien).

 

La « Sainte-Lucie »

traditions

A la Sainte Lucie nous fêtons la lumière selon une belle tradition qui nous vient du Nord de l'Europe.

La légende raconte que Sainte Lucie fut une jeune femme martyrisée lors des persécutions des chrétiens par Dioclétien, à Catare, en Sicile. A la même époque de l'année, nombre de rites païens nordiques célébraient la lumière au moment du solstice d'hiver. De nos jours, en Norvège ou bien en Suède, au matin du 11 décembre, la fille aînée de la maison, vêtue d'une robe blanche et coiffée d'une couronne de bougies, vient réveiller les membres de sa famille en portant sur un plateau du café et un pain tressé en forme de soleil.

Fête chrétienne et païenne se sont mélangées au cours des siècles et Meyreuil fête tous les ans, le 11 décembre, la lumière que nous apporte Sainte Lucie.

Au même moment de l'année le public peut assister à la mise en marche de la crèche animée de Meyreuil. Créée en 1975, elle est là tous les hivers, prête à transporter ceux qui la regardent dans le monde magique de la Provence en miniature : car le moulin est celui de Daudet, le pont, celui des Trois Sautets, les maisons, celles du village et la montagne, c'est la mythique Sainte-Victoire. Ouverte au public le 11 décembre, elle reste en place tous les ans jusqu'au mois de février, pour accompagner les fêtes d'hiver.

 

Noël en Provence

traditions

A Noël, en Provence, la tradition du « gros souper » est partout respectée. Meyreuil, au cœur de la Provence, ne fait pas exception à la règle.

Créé par l'association « Lou Provençau au Villagi », le Souper Calendal, organisé avec le concours de l'Office Municipal Socio-Culturel au début du mois de décembre, est devenu une soirée traditionnelle au cours de laquelle sont servis des plats provençaux tels l'anchoïade, la bourride, ou encore les « treize desserts », qu'en Provence tout le monde connaît … sans les connaître vraiment. Car chacun des treize desserts est un symbole ! Prenons les fruits secs : on les appelle les mendiants, par analogie avec les robes des ordres mendiants – les raisins secs pour les Dominicains, les figues sèches pour les Franciscains, les noisettes pour les Augustins et les amandes pour les Carmes. Il en va de même pour le nougat – noir et blanc – les fruits frais ou confits, les calissons et la pompe à l'huile … pour réjouir toutes les papilles.

traditions

C'est à Meyreuil que Cézanne remarque la montagne mythique, la Sainte Victoire, sous un angle inhabituel et la peint, ainsi que le Pont des Trois Sautets sous lequel s'ébattent une foule de Baigneurs et de Baigneuses.

Il décrit et peint Meyreuil lors de son séjour gardannais et le cubisme est en train de naître :

" Cette nature morte de toits et de cubes de maisons se détachant sur la falaise de Sainte-Victoire "

Fidèle aux toiles du Maître, dont on retrouve l'atmosphère dans le village, Meyreuil est un site cézannien par excellence...

traditions

 

Les édifices

La Bastide de Valbrillant

Historique

traditions

Les premiers occupants connus avec certitude de ce territoire situé au bord de l'Arc furent...des romains : au premier siècle avant Jésus-Christ, eut lieu dans la plaine de Pourrières, une bataille colossale apposant les romains à des peuples venus du Nord. L'enjeu pour les romains étaient de défendre, de barrer l'accès vers Rome.
A Valbrillant, le champ connu par les habitants de Meyreuil , sous le nom de "Cracan" désigne le "grand camp" des romains ; la présence de sépulture nombreuses est attestée par des vestiges de tuiles issues vraisemblablement de cercueils. Celle d'un sarcophage dont la partie basse est encore intacte, témoigne qu'un général est décédé et fut inhumé là. Valbrillant devait donc être un gigantesque cimetière.

L'histoire précise de ces lieux est connue à partir du XVIII ème siècle. On peut retenir cependant le nom du Marquis de Fontienne, alors propriétaire d'un domaine qui devait être bien plus considérable qu'aujourd'hui.

Au début de la Révolution Française, le chevalier de Guiramand se réfugia à Valbrillant avant d'être, avec Pascalis, une des premières victimes de la violence révolutionnaire. Dans le même temps, l'abbé François Mallet, vicaire de Meyreuil, célébrait la messe, de nuit dans la chapelle de la tour, se cachant le jour sous les habits d'un valet de ferme. Quant au marquis lui-même, la tradition raconte qu'il lui arrivât de se cacher dans un arbre creux énorme pour échapper à ses poursuivants...
Demeure de plaisance au XVIII ème siècle, la Bastide connut, partiellement au moins, une destination plus rurale par la suite.
Elle fut scindée en deux propriétés distinctes en 1855, de nouveau entre les mains d'un unique propriétaire, la famille Palle, entre 1895 et 1941. Par la suite, elle fut de nouveau scindée en deux.

La partie la plus ancienne, située au Sud-Ouest, alors propriété de Madame PETIT, a fait l'objet d'un legs à la commune de Meyreuil en 2006.

Le Pont des Trois Sautets

traditions

En promenade au long du fleuve de l'Arc vous ne manquerez surtout pas le fameux pont des Trois Sautets, ainsi nommé en raison des trois petits sauts obligatoires pour la traversée de l'eau, sur les trois petits rochers posés là avant la construction, en 1655, du petit pont à une seule arche en dos d'âne.

Le Pont des Trois Sautets est devenu célèbre grâce à Cézanne, qui l'a peint et qui s'est maintes fois inspiré du paysage environnant pour le cadre naturel de ses Baigneurs et Baigneuses.

Le même pont a inspiré Churchill, qui peignait à ses heures perdues.

Il est aujourd'hui classé monument historique.

Non loin, en quittant Meyreuil pour rejoindre Aix-en-provence, le Chemin de la Plaine court le long de la crête du Montaiguet (Lou Mount Aiguès). Une promenade au milieu des pinèdes fait découvrir ce mont sauvage et, de son sommet, une vue exceptionnelle sur la ville d'Aix.

La montagne Sainte-Victoire

traditions

La Montagne Sainte-Victoire domine le village de Meyreuil.

On peut l'apercevoir de Meyreuil sous un angle inhabituel, dans toute la longueur de sa blanche épine dorsale.

Site d'inspiration pour les peintres, ses hautes falaises blanches et ocre ont été peintes par Picasso, Kandinsky et, dans quarante toiles sous quarante angles différents, par Cézanne, qui en était fasciné : " Regardez Sainte-Victoire, quel élan ! Quelle soif impérieuse de soleil ! Et quelle mélancolie le soir, quand toute cette pesanteur retombe ! Ces blocs étaient du feu … Il y a encore du feu en eux …. " disait-il.

L'église Saint Marc du Chef-Lieu

Montaigne mythique : son nom, loin d'évoquer, comme on le croit, la victoire du général romain Marius sur les Cimbres et les Teutons, était, à l'origine, le Mons Ventour - faisant penser probablement aux vents puissants qui la traversaient à l'instar de son frère, le Mont Ventoux - ou bien encore à quelque dieu ligure adoré de ses fidèles en ces lieux.

Sainte-Victoire d'Aix … illumine notre histoire. " (Frédéric Mistral)

La chapelle Saint Marc de l'Arc, dite La Morée

traditions

C'est une petite chapelle qui se dissimule sur la rive droite de l'Arc, entre les pins et les chênes, blottie contre le flanc d'une colline, à proximité de l'ancienne voie aurélienne. Son nom lui a été donné par les chrétiens de l'an Mil qui voulaient se placer sous la protection du saint. L'histoire raconte qu'en 1444 un voyageur, sur le point d'être écrasé par un rocher, a eu la vie sauve pour avoir invoqué le saint. La petite chapelle romaine ayant appartenu de 1471 à 1475 au Roi René a été achetée en adjudication par la municipalité de Meyreuil et fait désormais partie du patrimoine de la commune.

Les trois hameaux de Meyreuil

traditions

Meyreuil est constitué de trois hameaux : le Chef-lieu, le Plan de Meyreuil, le Canet de Meyreuil. Lequel est le bon ? Expliquons-nous : il s'agit d'un seul et unique village dispersé en plusieurs quartiers : un village varié, à différents visages.

 

Le Chef-lieu d'abord :

c'est le vieux village historique qui demeure le centre de la vie administrative de la commune, abritant dans le calme et la sérénité d'un vieux village provençal la mairie, l'église et le cimetière entourés de quelques belles fermes et bastides.

Le Plan de Meyreuil ensuite :

le centre de la vie économique du village. On y trouve la Poste, la mairie annexe, les écoles, le gymnase, des cafés et des commerces. C'est là que se tiennent le plus souvent les fêtes, foires et marchés traditionnels. Meyreuil concentre l'essentiel de sa vie associative, sportive et culturelle au Plan.

Le Canet de Meyreuil enfin :

non loin du vieux village, le hameau du Canet de Meyreuil, composé en 1902 d'à peine trois maisons, abrite aujourd'hui hôtels, restaurants traditionnels ainsi que le très moderne technopole de l'Europarc Sainte-Victoire.

En passant, pensez à l'histoire de la célèbre " Belle du Canet " : veuve du seigneur des lieux, Lucrèce de Forbin-Solliès fut le grand amour du duc de Vendôme. Le roi Louis XIV s'opposant à leur mariage, fit nommer le duc cardinal. Cela n'empêcha pas le duc d'être l'amant de la belle provençale : pour abriter leurs amours, il fit construire à Aix-en-Provence le très beau Pavillon de Vendôme.

Les produits du terroir

 Les vins

traditions

Le Château-Simone est une petite mais splendide propriété qui depuis des décennies porte à elle seule le flambeau de l'appellation Palette.

La particularité et la qualité des vins de Château-Simone sont dues à une grande richesse d'encépagement et au grand classicisme des méthodes de vinification.

Les propriétaires - la famille Rougier - travaillent avec l'ambition de demeurer fidèles à un style très original et très éloigné des canons habituels de le technique viticole moderne : vendanges à la main, tri à la coupe, foulage, égrappage et fermentation en cuve pour les rouges, en petit foudre pour les blancs et les rosés.

On n'y privilégie guère les cépages à la mode : au contraire, on s'appuie sur le grenache pour les rouges et surtout sur la clairette pour les blancs. L'élégance naturelle du terroir de Simone confère un éclat particulier aux blancs, qui associent parfum et fraîcheur, fermeté et grain.

Dans les trois couleurs les vins de Château-Simone démontrent de la finesse, de la distinction et une grande complexité : des caractéristiques aujourd'hui reconnues aux quatre coins du monde.

 

Le château de la Saurine

traditions

Le Château de la Saurine domine l'Arc sur sa rive gauche et fait face à la chapelle Saint-Marc-la-Morée.

Il fut construit au XVIIème siècle selon les plans de Pierre Puget. Le domaine appartenait alors à Joseph Ignace saurin, jurisconsulte de Louis XIV, qui lui a donné son nom.

Le pavillon lui-même est inspiré en partie par l'architecture de l'Hôtel de Ville de Marseille. Les jardins à la française rivalisent avec ceux de son voisin, le Château-Simone.

De nombreuses sculptures s'y trouvent, réalisées par le Maître Puget en personne ou par ses élèves : aux portes du rez-de-chaussée se trouvait une statue de Diane, un bassin, une fontaine et une représentation des quatre saisons.

 

Le château-Simone

traditions

A quelques mètres du Pont des Trois Sautets, le Château-Simone offre la beauté de son édifice et de ses jardins dessinés par Le Nôtre sur le modèle des jardins de Versailles. A l'ombre du château datant du XVIème siècle on trouvera une charmante chapelle de style Renaissance.

La bastide fut, vers 1830, la propriété des Grands Carmes d'Aix, qui en avaient fait une maison de repos. Les religieux cultivaient, dès cette époque, des oliviers et les vignes dont est issu le vin qui a rendu célèbre le château.

Le château appartient ensuite à une demoiselle Simon, qui lui donna son nom.

traditions

Le domaine est aujourd'hui la propriété de la famille Rougier, qui produit, avec passion et savoir-faire, le crû mondialement connu des vins de Château-Simone : qui n'a jamais bu de Château-Simone ne peut comprendre l'âme de la Provence…

Lettre d'informations

Inscrivez-vous à notre lettre d'informations

SMS Infos

Recevez nos SMS d'informations

Pour vous désinscrire, entrez votre numéro et cliquez sur 'ok'

Recherche

Trouver un hôtel,
un restaurant

RSS Actualités

27/06/2017
PLAN CANICULE 2017 : signalez une personne à risque

Le Plan Canicule National est activé depuis le 1er juin et ce jusqu'au 31 août 2017. Il se décline en 4 niveaux d'alerte…

Mairie de MEYREUIL
Hôtel de Ville - Allée des Platanes, 13590 Meyreuil
Tél : 04.42.65.90.65 | Fax : 04.42.65.90.33